Parce qu'on en a jamais assez !

BIENVENUE A CADAVRES LES BAINS

Ambiance glauque, quand tu nous prends !

De nos jours, à Vienne, Brenner est employé à récupérer les voitures impayées du concessionnaire sans ces états d’âme, Berti. Une nouvelle enquête à la recherche du propriétaire d’une New Beetle jaune, l’entraîne dans la campagne de Cadavres Les Bains. Il réside alors à l’hôtel-restaurant de Löschenkohl, célèbre pour son poulet à la Viennoise. Brenner enquête par la même occasion sur le propriétaire des lieux. L’hôtel restaurant est un lieu où il se passe de « drôle de choses »...

La genèse du film provient des aventures du détective Simon Brenner, ce dernier étant le héros d’une série de romans policiers écrits par Wolf Haas entre 1996 et 2003. C’est la troisième adaptation d’un de ses romans qui arrive aujourd'hui en France, dans un film où l’on découvre d’avantage son héros Brenner.

Dans une ambiance de suspens, non sans un fond de critique sociale, se déroule le film. Le récit est traité avec un coté satirique, teinté d'un fort humour noir, composant ainsi un étonnant cocktail. Son ambiance glauque et sombre entraîne le public dans les méandres du restaurant où il se passe des choses étranges. Et où de nombreuses scènes pourront heurter les âmes sensibles des plus jeunes spectateurs. Mais le mélange triller et humour fait du film une oeuvre originale.

On se demande parfois jusqu’où ira le scénario et on a l'impression d'une certaine absence de limites. Mais le dosage entre scènes tirant en longueurs et image léchée montre toute la maîtrise du réalisateur. La quête de la vérité et les nombreuses sous-intrigues du film, fomentent un scénario bien ficelé, qui fait de ce film un « ofni » très intéressant à découvrir sur grand écran.

David BrejonEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire