Bannière Festival d'Annecy 2019

L'AMOUR DURE TROIS ANS

Quand le pessimisme est au service de l'humour

Marc Marronnier, critique littéraire le jour et mondain la nuit, vient tout juste de divorcer d’Anne. Désormais convaincu que l'amour ne dure que trois ans il décide d’écrire un livre pour justifier sa théorie. Toutefois sa rencontre avec Alice pourrait bien le faire changer d'avis...

En adaptant son propre roman, Frédéric Beigbeder signe son premier long-métrage avec "L'Amour dure trois ans", une comédie romantique pétillante et délurée. Distincte des autres comédies romantiques françaises, cette adaptation offre la possibilité à l'auteur d'ajouter sa note, son propre style à la réalisation sur grand écran.

Un brin cynique, toujours plus drôle, l'auteur plonge le spectateur dans l’ambiance dès le début : Marc s'est marié avec Anne, mais comme il le dira lui même après son divorce "l'amour ne dure que trois ans. La première année on achète des meubles, la deuxième on déplace les meubles et la troisième on sépare les meubles". En bref, le film met en scène un littéraire des beaux quartiers qui se plaint toujours de son existence... Jusqu’à ce qu'il rencontre Alice et qu'il tombe amoureux d'elle. S'en suit une histoire d'amour compliquée où le personnage de Marc ne cesse de se tourmenter : Qu'est-ce que l'amour véritable ? Peut-il exister toujours ? Comment le faire durer ?

Des questions auxquelles chacun tente de répondre. Et c'est peut-être pour cette raison que « L'amour dure trois ans » peut intéresser. Parce que finalement cette histoire est un peu celle de tout le monde. Le film a cette façon de décrire les sentiments, les émotions à travers des répliques chocs, des mots crus, qui lui donne son originalité et participe à son succès. La réussite du long-métrage tient aussi à son casting. Avec Gaspard Proust en tête d'affiche, Beigbeder a vu juste. Alors que le jeune comédien débute au cinéma, il se voit attribué un rôle qui lui colle parfaitement à la peau. À la fois pessimiste et arrogant, mais pour le moins attachant, Gaspard Proust vit littéralement le rôle de Marc Marronier et forme aux côtés de Louise Bourgoin un couple efficace. Les autres acteurs tels que Joey Starr ou Jonathan Lambert ne sont pas en reste et participent à l'esprit décalé de « L'amour dure trois ans ».

La mise en scène est elle aussi plutôt intéressante. Avec l'utilisation de techniques telles que le flash-back,la voix off ou même le fameux "regard caméra" emprunté à des réalisateurs comme Jean-Luc Godard, le film ne laisse pas le temps au spectateur de s'ennuyer. Seul petit bémol, parce qu'il en faut bien un : le caractère "Bobo" des personnages, un peu trop présent.

Oui, on le sait, Frédéric Beigbeder a cette allure de petit parisien qui ne connaît pas la crise et qui aime le montrer... Discrètement, mais sûrement. Mais est-il réellement nécessaire d'afficher cette facette de sa personnalité dans tous les recoins du film ? Pas sûr. Pourtant Beigbeder ne montre que les lieux les plus hype de la capitale, en plus de la côte Basque et des plus beaux appartements bourgeois... Heureusement pour lui, cet aspect là ne diminue pas l’intérêt du spectateur pour l'histoire.

En alternant rire et cynisme, « L'Amour dure trois ans » est une première réalisation réussie pour Frédéric Beigbeder. Amusant et divertissant, le film devrait enchanter les amateurs de Beigbeder et plaire aux plus réticent.

Coralie AgnimelEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire