Banniere Festival d'Annecy 2021

AMERICAN ULTRA

Un film de Nima Nourizadeh

Absurde, parfois plan-plan, mais tout de même sympathique

Gros fumeur de joints aux cheveux longs, Mike est caissier dans une supérette et vit le parfait amour avec sa chère et tendre Pheebe. Il a organisé un voyage à Hawaï pour la demander en mariage mais juste avant le décollage, il est pris de violentes crises d'angoisse, comme à chaque fois lorsqu'il tente de sortir de sa petite ville de Colombie. Un jour, une femme vient le voir à son travail, l'avertissant qu'il est en grand danger et lui répète une sorte de code. Il ne s'en rend pas compte tout de suite mais ces mots vont avoir une résonance toute particulière sur sa personne...

Pour le coup, Metropolitan a bien vendu le produit. Du marketing efficace et ciblé, une bande-annonce musclée présentant le dernier rejeton du réalisateur de "Projet X" comme une parodie des films d'espion en mode digressif et violent à la "Kick-Ass" . A l'issue de la projection, beaucoup seront déçus. C'est sûr, les explosions et autres situations abracadabrantes ne manquent pas, mais la faculté qu'ont les séquences de spleen à plonger le film dans une léthargie, dont il ne parvient à en sortir qu'avec beaucoup d'efforts pyrotechniques, est tout de suite très inquiétante. La fameuse bande-annonce très dynamique condense bien entendu les deux minutes trente les plus exaltantes du long-métrage.

Pour le reste, ce qui fait défaut est clairement au niveau du scénario, inintéressant et prévisible au possible, en plus du méchant grotesque et horripilant surjoué par Topher Grace, visiblement enfermé dans un rôle on ne peut plus stéréotypé. Néanmoins à côté de ces écueils, nous suivons un duo attachant mené par Jesse Eisenberg et Kristen Stewart que l'on s'étonne de voir dans ce type de production à ce stade de leur carrière. La palette de seconds rôles s'en sort également très bien avec Connie Britton et John Leguizamo ainsi que quelques habitués des séries télé : Tony Hale ("Arrested Develpment", "Chuck") ou Walton Goggins ("The Shield", "Sons of Anarchy") qui campent des personnages loufoques et amusants. Ceci donne au final un film d'action plutôt sympathique agrémenté de quelques scènes d'actions assez stylées, mais le métrage de Nourizadeh ne se hisse clairement pas au niveau d'un "Kingsman : Services secrets" ou même d'un "Kick-Ass".

Alexandre RomanazziEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire