Festival de Venise 2019 banniere

ALATA

Un film de Michael Mayer

Le tragique destin des homos palestiniens

Nimer, jeune palestinien, sort de chez lui pour se rendre en cachette à Tel-Aviv dans un bar gay où il pourra s’amuser et voir ses amis. Il y fait la connaissance de Roy, un jeune avocat israélien avec qui il passera la nuit…

Alors que le magazine en ligne de « Têtu » portait à notre connaissance l’appel au secours d’un jeune palestinien homosexuel qui cherchait à pouvoir intégrer Israël (article en ligne), on découvrait la difficile condition des gays palestiniens persécutés par les leurs dans leur propre pays, leur propre quartier, leur propre foyer… Michael Mayer en a fait un film engagé qui traite de front ce sujet qui touche aujourd’hui encore des jeunes privés de liberté, condamnés au silence et qui risquent leur vie si leur homosexualité est découverte.

"Alata" est un film dur et noir, et comme en écho à cette morosité, le métrage se passe souvent de nuit, une nuit anxiogène où on se cache… doublement. De sa famille pour ne pas éveiller de soupçons sur son orientation sexuelle, et de la police israélienne quand on a fui le territoire palestinien pour trouver refuge à Tel-Aviv, considérée comme la Mecque des homosexuels palestiniens.

C’est là que Nimer, le Palestinien, rencontrera Roy, l’Israélien. Le coup de foudre pour les deux jeunes hommes en quête d’amour. Leur relation deviendra de plus en plus sérieuse quand Nimer obtiendra une carte de séjour temporaire pour faire ses études en Israël. Mais cette terre plus accueillante est-elle une terre d’asile pour autant ? Négatif répond Mayer, les homos palestiniens y sont traqués et ne peuvent obtenir de droit de séjour légal. Reste une seule solution pour cette communauté sans racines : l’exil vers l’étranger…

Michael Mayer tient en haleine le spectateur avec son premier film accusateur qui rappelle qu’il y a un autre combat derrière le conflit israélo-palestinien qui accapare tous les médias : celui des homosexuels palestiniens, victimes de l’homophobie violente sur leurs terres et oubliés par les autorités israéliennes qui se disent pourtant une nation éclairée… À méditer…

Mathieu PayanEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire