Parce qu'on en a jamais assez !

ALADDIN

Un film de Guy Ritchie

Les 1001 remakes Disney

Aladdin, un jeune orphelin vivant à Agrabah et accompagné de son singe Abu, découvre une lampe magique renfermant un génie pouvant lui réaliser trois vœux. Il y voit la possibilité de devenir le prince Ali afin de pouvoir épouser la princesse Jasmine. Mais Jafar, le vizir du palais, cherche lui aussi à mettre la main sur cette lampe…

Aladdin 2019 film image

Nouvelle production Disney s’inscrivant dans la vague des remakes en prise de vues réelles entreprise par le studio aux grandes oreilles depuis le succès de "Maléfique", que vaut cette nouvelle version d’"Aladdin" signée Guy Ritchie ?

L’histoire reste très fidèle au film de 1992, on retrouve les mêmes personnages, la même trame scénaristique avec les mêmes scènes clés ainsi que les mêmes enjeux. Si elle n’apportera pas de surprise aux spectateurs ayant déjà vu le film d’animation, l’histoire reste très agréable à suivre en elle-même et est bien conduite avec des enjeux à la hauteur des personnages auxquels on s’attache et s'identifie rapidement, par leur côté humain, que ce soit dans leurs qualités ou défauts.

Le travail d’adaptation va donc plus concerner les thématiques abordées, notamment tout le discours féministe via le personnage de Jasmine, beaucoup plus présent et développé que dans l’original. Citons notamment la très réussie séquence musicale « Speechless », lors de laquelle Jasmine chante son désarroi face aux hommes de pouvoir qui ignorent ses propos et sa détermination à ne pas se laisser faire, le tout mis en scène par une disparition des figures d’autorité masculine les uns après les autres. On appréciera que ce discours ne se limite pas seulement à sa vie sentimentale comme dans l’original, mais vraiment à l’ensemble de ses ambitions.

En parlant de musique, les différentes reprises des chansons originales (supervisées par Alan Menken, déjà à la baguette pour le film de 1992 ainsi que pour l’adaptation en comédie musicale en 2011) sont plutôt réussies et tout aussi entraînantes. Les nouvelles, en revanche, sont malheureusement bien moins marquantes et peu pertinentes (probablement car très courtes), à l’exception de « Speechless » justement.

Si comme on l’a vu l’histoire reste très fidèle, c’est dans la mise en scène que l’on va vraiment trouver de la nouveauté. Et le moins que l’on puisse dire c’est que les visuels sont très travaillés, en particulier les décors qui sont majestueux et magnifiquement mis en valeur, nous donnant une envie irrépressible de prendre le premier avion pour Agrabah afin de se perdre dans ses ruelles. Le même soin a été apporté aux costumes, ainsi qu’aux très impressionnantes cascades.

Dans la réalisation de Guy Ritchie, on retrouve tous ses gimmicks habituels. Notamment un sens du rythme et du timing parfaitement géré, sans temps mort et qui ne nous laisse jamais nous ennuyer. Le tout est soutenu par une caméra et un montage très dynamiques et des plans séquences impressionnants. On retiendra en particulier, en dehors de la séquence « Speechless », celle dans la cave et l’introduction du génie.

Et justement, la question que tout le monde se posait à l’annonce du projet : Will Smith fait-il un bon génie ? Question d’autant plus difficile qu’il est facile de tomber dans le piège de la comparaison avec l’interprétation du génialissime Robin Williams, et sachant que le personnage est exactement le même dans son écriture. Finalement, Will Smith livre un jeu convaincant, même si ses détracteurs ne se priveront pas de dire qu’il joue encore la même chose. Le reste du casting reste très juste, bien que Marwan Kenzari en Jafar soit un poil moins convaincant, car un peu trop caricatural par moment.

Enfin, les images de synthèse, bien qu’inégales par moment, sont de bonnes factures et ne nous sortent pas du film. Quant à la 3D, elle est assez décevante et pas très utile. C’est d’autant plus dommage que l’on aurait pu imaginer une 3D mise en œuvre par le génie par exemple pour souligner son caractère merveilleux, surtout qu’il casse le 4e mur plus d’une fois.

En cette année chargée de remakes Disney en prise de vues réelles (cinq projets annoncés pour 2019), "Aladdin" de Guy Ritchie reste pour l’instant le plus réussi et le plus divertissant, même s’il ne réinvente en rien l’histoire de cet orphelin à la lampe magique.

Ray LamajEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire