Banniere_Festival_Lumiere_2020

24 HEURES DE LA VIE D'UNE FEMME

Un film de Laurent Bouhnik

Trois femmes, trois époques, trois passions…

Olivia (Bérénice Bejo), jeune femme de 19 ans, rencontre Louis (Michel Serrault), vieil homme désabusé qui va lui conter l'histoire de cette femme, rencontrée bien des années auparavant, qui lui narra les 24 heures les plus intenses de sa vie…

Tentant d'échapper à son compagnon avec lequel elle s'est violemment disputée au beau milieu d'un casino de la Riviera, Olivia (Bérénice Bejo), une belle et pétillante jeune femme, monte dans le taxi occupé par Louis (Michel Serrault), un vieil homme qui ne pense qu'à sa fin prochaine. Olivia va alors lui confier sa détresse : ce " mec " qu'elle a dans la peau et dont elle n'arrive pas à se défaire.

Alors que tout les oppose, Olivia va alors éveiller en Louis le désir de parler. Successivement dans la chambre d'hôtel de Louis puis sur la plage, ce diplomate à la retraite va ainsi lui raconter l'histoire d'Henriette, sa mère, qui abandonna son père pour suivre Pablo, bel italien dont elle était follement amoureuse et surtout celle de Marie Collins-Brown (Agnès Jaoui). Cette veuve irréprochable, rencontrée alors qu'il était encore adolescent, lui avait livré le récit des 24 heures les plus intenses de sa vie : sa rencontre avec Anton (Nikolaj Coster-Waldau), joueur incorrigible, avec qui elle vécut une passion destructrice.

Ces trois époques vont alors se faire écho et prendre corps dans le récit de Louis… Les scènes se répondent à travers les époques, tant au niveau des lieux (l'hôtel, le casino, la plage…) que des personnages (le chauffeur de calèche des années '10 n'est autre que le chauffeur de taxi en 2001, les 3 baigneuses de 1935 se retrouvent sur le mur de la chambre d'hôtel de Louis en 2001…)

Tout est mis en œuvre pour sublimer l'ambiance de ce film : les costumes de Gayraud, la lumière (chaque partie est marquée d'une lumière, d'une couleur évocatrice de l'ambiance de l'époque), la musique de Michael Nyman, fil conducteur entre les époques…

Laurent Bouhnik adapte ainsi le roman éponyme de Stefan Zweig, lequel se déroulait à 2 époques différentes. Bouhnik et Taurand, co-scénaristes, ont imaginé une temporalité contemporaine en créant les deux personnages qui prennent place en 2001 : Louis et Olivia pour " surtout ne pas faire un film historique ".

Après 'Sélect Hôtel', 'Zonzon' et '1999 Madeleine', Laurent Bouhnik nous livre un film à mille lieux de cet univers violent pour s'intéresser à la force de la passion, à son pouvoir tant destructeur que salvateur.

Lisbeth LanversEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire