Parce qu'on en a jamais assez !

ARTICLES

Sarlat 2021

Sarlat 2021 : sélection Tour du monde

30e Festival du film de Sarlat
du mardi 9 au samedi 13 novembre 2021
Sarlat – France

C’est une vingtaine de films de toutes nationalités qui seront présentés cette année dans la section Tour du monde du Festival du film de Sarlat. De quoi satisfaire les envies de découverte et de dépaysement des nombreux spectateurs venus en Dordogne cette semaine.

Trois films venus d’Iran en vedette

Le nouveau Mohammad Rasoulof ("Un Homme intègre"), qui était déjà sélectionné en 2020 (le film n’est autre que l’Ours d’or du Festival de Berlin de l'an dernier) sera sans doute l’un des films les plus attendus. "Le diable n’existe pas" entrecroise quatre destins autour d’histoires liées à la peine de mort et à la désobéissance. Un film dur et nécessaire sur le libre arbitre, posant comme nombre de films iraniens des questions morales intimes. Un autre compatriote, Asghar Farhadi, auteur de "Le passé" et "Une séparation", présentera "Un héros", récompensé du Grand Prix au dernier festival de Cannes, et contant les ennuis d’un ancien prisonnier ayant décidé de rendre un sac trouvé par hasard dans un taxi. Un méli-mélo de relations humaines qui en dit long sur la société iranienne. À noter aussi la présentation de "Hit the Road", passé par la Quinzaine des réalisateurs cette année et suivant une famille qui roule vers une destination secrète.

Quelques films que l’on vous conseille chaudement

Parmi les films fortement recommandables de cette section, on trouvera notamment la délicieuse comédie dramatique anglaise "Ali et Ava", remarquée à la Quinzaine des réalisateurs 2021, qui suit la rencontre de deux solitudes, aussi apparemment improbable que romantique. On recommandera également le documentaire "La panthère des neiges", une quête délicate et silencieuse de ce rare animal dans les contrées glacées des hauts plateaux tibétains. Le film a rencontré un vif succès lors de sa présentation dans la section environnementale du Festival de Cannes. Autres belles propositions de cinéma,"Olga", film suisse sur une gymnaste ukrainienne de 15 ans tiraillée entre deux pays et "Les leçons persanes", film historique ancré dans les camps de concentration, dans lequel un jeune homme se fait passer pour persan afin d'échapper à son exécution, mais se retrouve à donner des leçons de la langue en question à un capitaine SS passionné par la culture de la région.

Quelques curiosités

On sera forcément intrigué par "Poulet frites", réalisé par l’équipe de l’émission belge Striptease, à partir de 100 heures de rushes d’il y a 20 ans, créant ainsi un film de 1h40 où l’on suit non sans humour un enquêteur de la Crim et son équipe, ainsi que la juge chargée d’une affaire d’assassinat. Le film italien "A Chiara" et son portrait d’une jeune fille calabraise qui assiste impuissante au départ de son père (par la réalisatrice de "Mediterranea") arrivera auréolé de son succès à la Quinzaine des réalisateurs. "The Chef", passé par le Festival de Londres il y a quelques semaines, mettra en scène les problèmes au sein de l’équipe d’un bistrot gastronomique de Londres, le tout sous forme de comédie. Quant à "Sweat" de Magnus von Horn ("Le lendemain"), sélectionné à Cannes 2020, il sera enfin montré, avec son héroïne star d'instagram et prof de fitness, confrontée à une solitude grandissante derrière sa façade de perpétuelle bonne humeur. Enfin "Memory Box", film libanais reparti bredouille de la compétition berlinoise, promet un récit troublant autour des souvenirs d’une mère dont le destin fut, comme nombre d’autres, contrarié par le conflit né en 1982, et obligée par sa fille de se replonger dans ce douloureux passé.

Et encore quelques films

Venus de la compétition cannoise, "Haut et fort" de Merzak Allouache et ses élèves rappeurs devrait sans doute diviser, comme ce fut le cas pour notre rédaction, et le tchadien "Lingui, les liens secrets", devrait provoquer l’émotion autour d’un sujet brûlant, celui de l’avortement, en mettant son personnage principal face à la pression religieuse et sociale de son pays. Passé par la Quinzaine des réalisateurs, le documentaire "Ghost Song" prendra la forme d’une histoire de survie dans un Texas qui se prépare à un nouvel ouragan. La semaine de la critique ne sera pas en reste, puisqu’on pourra aussi découvrir l’italien "Piccolo Corpo", récit cruel du voyage d’une mère à l’enfant mort né, vers un lieu mystique où celui-ci pourrait être resucité le temps d’être baptisé et d’éviter ainsi à son âme d’errer dans les limbes. À noter aussi la présentation de "The souvenir (Part 1)" avec Tilda Swinton et de "Poupelle", film d’animation japonais, formellement assez réussi, qui tourne autour d’un étrange homme-déchets. Vous n'avez donc que l’embarras du choix ! A vous de vous décider pour une séance ou une autre.

Les 18 films de la section Tour du monde

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT