Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

ARTICLES

Lumière 2019

Lumière 2019 : sélection André Cayatte, le courage social

Avocat de formation, c’est probablement là la source du cinéma passionné, convaincu et engagé d’André Cayatte, réalisateur au parcours singulier, tombé dans le cinéma au détour d’une succession d’événements hasardeux, relevant presque du destin.

Festival Lumière 2019 affiche 10 ans horizontale
© Festival Lumière

Fidèle à un non conformiste qu’il développe dès ses plus jeunes années, il n’aura de cesse tout au long de sa carrière de défendre becs et ongles ses idées et convictions à travers sa filmographie composée d’une trentaine de long-métrages, et ce malgré les différentes censures qu’il subira, notamment sous l’Occupation.

Il abordera donc des sujets de société parfois brûlants comme la corruption, l'abus de pouvoir, la délation, la pédophilie, l'euthanasie, la peine de mort et bien d’autres ; ce qui lui vaudra une étiquette d’auteur de film à thèse, au grand dam d’André Cayatte lui-même, qui voyait plus en ses films une fenêtre amenant à discuter sur ces sujets, plus qu’un étalement de sa propre pensée.

Ses compères le récompenseront toutefois à plusieurs reprises dans plusieurs festivals prestigieux. Au festival de Cannes, où il reçut le prix du jury pour "Nous sommes tous des assassins", interrogeant trente ans avant son abolition la pertinence de la peine de mort, et le prix international de la critique pour "Avant le déluge" avec Bernard Blier et Marina Vlady. A Venise, où il reçut le Grand prix et Lauriers d'argent en 1950 pour "Justice est faite", soulevant le délicat sujet de l’euthanasie, il reçut également le Lion d’Or dix ans plus tard pour "Le Passage du Rhin", mettant en scène le regretté Charles Aznavour dans une fresque couvrant la guerre, l’Occupation, la Libération et les rapports franco-allemands. Et enfin à Berlin, où il fut le lauréat d’un Ours d’Or en 1951 pour "Justice est faite" de nouveau et d’un Ours d'argent comme prix spécial du jury pour "Il n’y a pas de fumée sans feu" en 1973.

L’édition 2019 du Festival Lumière donnera donc l’opportunité aux spectateurs de découvrir quinze œuvres de la filmographie de ce cinéaste au profil atypique, dont la plupart seront projetées en copies neuves grâce aux efforts de Gaumont.

Liste des films de la section André Cayatte, le courage social :

La Fausse maîtresse (1942, 1h25)
Pierre et Jean (1943, 1h13)
Le Dernier sou (1943, 1h30)
Les Amants de Vérone (1949, 1h43)
Retour à la vie (1949, 2h)
Justice est faite (1950, 1h47)
Nous sommes tous des assassins (1952, 2h11)
Avant le déluge (1954, 2h20)
Le Dossier noir (1955, 1h55)
Œil pour œil (1957, 1h54)
Le Miroir à deux faces (1958, 1h36)
Le Passage du Rhin (1960, 2h05)
Piège pour Cendrillon (1965, 1h55)
Les Risques du métier (1967, 1h45)
Mourir d'aimer (1971, 1h53)

Ray Lamaj Envoyer un message au rédacteur