Parce qu'on en a jamais assez !

ARTICLES

Gérardmer 2008

Gérardmer 2008 – This is horror !

Il y a 28 ans, l’italien Ruggero Deodato réalisait "Cannibal Holocaust", inventant du même coup un cinéma de l’horreur-vérité, fiction terrifiante tournée sous la forme d’un documentaire. 19 ans plus tard, deux jeunes cinéastes américains, Eduardo Sanchez et Daniel Myrick, réitéraient l’exploit, balançant sur les écrans leur "Projet Blair Witch", faux documentaire vendu grâce à un habile sens du marketing, alors inédit.

Alors qu’ils restaient, jusqu’à aujourd’hui, les seuls et (presque) uniques représentant de cette mouvance réaliste du cinéma horrifique, voici que trois des films les plus réussis de ce Fantastic’Arts 2008 prolongent et accentuent cette approche novatrice : "Cloverfield", "REC" et "Diary of the Dead".

Trois films, pour autant de buts et de résultats différents. Volonté d’impliquer le spectateur dans une intrigue au demeurant impossible ("Cloverfield", également petite révolution des effets-spéciaux intégrés à l’image), soucis de réalisme poussé à son extrême ("REC", également réflexion sur le pouvoir de l’image « télévisuelle ») ou critique sociopolitique du voyeurisme de l’homme contemporain ("Diary of the Dead", également comédie horrifique jouissive et ludique), ces trois approches, diamétralement opposées dans leur démarche cinématographique, se croisent et dialoguent à l’intérieur même des films. Ainsi, "Cloverfield" se teinte par instant d’une certaine critique sur le voyeurisme (les figurants captant leur univers à l’aide de leurs téléphones mobiles et appareils photos numériques), alors que "REC" implique son audience avec une efficacité jamais vue et que "Diary of the Dead" permet une utilisation des effets-spéciaux et des mécanismes de la peur assez poussée.

Filmés caméra au poing, en vidéo ou en numérique, ces trois films ne sont finalement que le reflet d’une époque cynique, où l’on croit ce que la télé nous montre. Une nouvelle vision du fantastique, un exercice de style ludique… Cela s’appelle l’horreur !

Frederic Wullschleger Envoyer un message au rédacteur