Bannière Festival de San Sebastian 2021

ARTICLES

deauville 2012 - Deauville et d’alcool

Bien sûr l’alcool est toujours plus ou moins présent dans le cinéma (« Leaving Las Vegas », « Sideways »…). Mais dans l’histoire des États-Unis, il a une place toute particulière, que le Festival aura su remettre en mémoire. Dans les années 1920 et au début des années 30, la prohibition fut instaurée, interdisant toute fabrication et vente d’alcool. « Des hommes sans loi » revient sur cet épisode et transpose son histoire dans l’État de Virginie avec une famille de trafiquants bien implantée dans le milieu et que jalousent d’autres gangsters. Justice arbitraire, police corrompue, rivalités de gangs, le film est une nouvelle vision de la prohibition qui vient s’ajouter aux nombreuses œuvres dont l’inoubliable « Les incorruptibles » !

L’alcool est aussi affaire de santé publique et « Smashed » en est un magnifique porte-étendard. Kate et Charlie, jeunes mariés sans enfants, font la fête et boivent à toute heure de la journée. Jusqu’au jour où Kate est à deux doigts de perdre son travail. Au premier degré, le film traite des dépendances à la boisson et des moyens pour se sortir de l’addiction : réunions des alcooliques anonymes, importance d’un soutien familial ou amical… Au second degré, l’alcool dans « Smashed » représente finalement toutes ces mauvaises habitudes qui finissent par pourrir un couple et qui font qu’un jour ou l’autre, l’un des conjoints, ou les deux, doivent faire un vrai travail pour changer. Par amour et par fidélité. Arrêter de boire, c’est aussi se responsabiliser, devenir adulte et tourner le dos à l’immaturité.

L’alcool est aussi un moyen d’oublier. Dans « Una noche », Raúl abuse des boissons fortes pour oublier la détresse des cubains, la pauvreté, la maladie de sa mère, son impuissance à changer les choses. Dans « California solo », l’alcool est à l’origine des ennuis de Lachlan, qui, arrêté pour conduite en état d’ivresse, risque d’être expulsé des États-Unis malgré sa carte verte.

Plus léger, enfin, l’alcool est parfois (souvent) un ressort comique dans le cinéma. Dans « Your sister’s sister », Hannah et Jack qui en ont tous les deux gros sur la patate vont apprendre à faire connaissance autour d’une bonne bouteille de whisky. L’alcool aidant, les langues se délient puis les corps se rapprochent ! Et c’est après une nuit bien arrosée que les « ennuis » commencent ! Dans « Ted », un ours en peluche prend vie et devient le meilleur ami de son jeune compagnon John. À l’âge adulte, John et Ted matent les filles, fument et boivent des bières ensemble ! Quoi de plus drôle qu’un ours en peluche avec une canette à la main ? (Un ours en peluche qui prend une caissière dans l’arrière boutique d’une supérette : oui, mais ça c’est une autre histoire !!).

Informations

Mathieu Payan Envoyer un message au rédacteur