Bannière Festival de Venise Mostra del cinema de Venezia 2021

ARTICLES

DEAUVILLE 2008 - Les films de genre

Deauville 2008, pour le plus grand plaisir des festivaliers, avait dans ses cordes de nombreux films typiquement américains réalisés dans la plus pure tradition du cinéma de genre. Western, comédie musicale, drame et film de science-fiction ont agréablement diverti les amoureux du septième art.

Au pays des cowboys

Ed Harris invite Viggo Mortensen, Jeremy Irons et Renée Zellweger dans un western pur souche nommé « Appaloosa ». Les grands espaces sont là, les bandits font toujours face aux hommes de loi, les femmes sont au centre des relations amoureuses, mais une nouveauté fait son apparition : les valeurs d’amitié sont finalement le principal sujet du film. Un film de pote en somme, un « Brockeback mountain » sans relation amoureuse, une parabole de la vie de Ed Harris et de Viggo Mortensen qui se sont montrés copains comme cochons au festival de Deauville !

Et bien chantez maintenant !

La folie ABBA a gagné le festival 2008 avec la comédie musicale « Mamma Mia! » de Phyllida Lloyd. Meryl Streep et Pierce Brosnan s’y égosillent à plein poumon ! Et malgré l’accumulation de lourdeurs dans la réalisation, d’approximation dans la direction d’acteurs et de facilités scénaristiques, la folie des chansons d’ABBA emportent tout sur leur passage. Le spectateur est pris d’une envie subite de chanter à tue-tête, à gorge déployée ! Oui, ça peut aussi être vu comme un défaut !

James Bond pour les idiots

Steve Carell était au générique de deux films de genre et notamment la comédie d'espionnage « Max la menace », de Peter Segal, qui ne restera absolument pas dans les anales des meilleurs pastiches des films de James Bond. Bien au contraire. Tous les gags ont été usés jusqu’à la corde et les plus drôles apparaissent tous dans la bande-annonce, autant dire qu’il n’y en a pas beaucoup. Les comédiens sont toutefois tous très attachants. Fallait bien trouver une note positive…

Eastwood, encore et toujours un Grand du 7e art

Non seulement « L'échange » est un film magnifiquement mis en scène, superbement scénarisé, impeccablement interprété, le tout dans la plus pure lignée des grands drames américains façon « Million dollar baby », « Rain Man », « Braveheart » ou « Vol au-dessus d’un nid de coucou »… Angelina Jolie, qui change de registre pour l’occasion, prouve qu’elle peut faire autre chose que la bimbo armée jusqu’aux dents. Merci Clint !

Une comédie romantique… intelligente

Petite comédie romantique au petit budget avec les petits Steve Carell (voilà donc son deuxième film de genre) et Juliette Binoche, mais grand coup de cœur : « Coup de foudre à Rhode Island » de Peter Hedges est un film intelligent qui ne prend pas le spectateur pour un abruti et qui touche au plus juste de la première à la dernière image. On vous renvoie par exemple à la toute première scène : la très touchante déclaration de Carell à Binoche. Trop beau !

Informations

Action + fiction = Science-fiction

Dans la catégorie poids lourd, Deauville présentait le second volet des aventures de Hellboy. Guillermo Del Toro a tout simplement fait mieux que son précédent, ce qui n’était pas si difficile que ça mais pas toujours aisé à faire ! Ici, on voit qu’entre les deux épisodes, « Le Labyrinthe de Pan » est passé par là. L’univers de Guillermo est devenu plus poétique, plus écologique, plus mirifique et plus mythologique. Et cela se marie si bien avec son Hellboy… on en redemande !

Mathieu Payan Envoyer un message au rédacteur