ARTICLES

CLERMONT-FERRAND 2007 - Programme International I 13

- Une vie et une autre (Uma vida e outra), de Daniel Aragao (Brésil)
Le récit de cette jeune fille confrontée au choix de garder (ou non ?) son bébé jouit d’une esthétique particulièrement léchée : noir et blanc irréprochable, montage très bien rythmé. Néanmoins, à vouloir trop donner de la « gueule » à son projet, Daniel Aragao a tendance à zapper les choses essentielles.

- Deweneti, de Dyana Gaye (Sénégal, France)
Dyane Gaye nous emmène au Sénégal, où un petit garçon demande la charité contre des prières adressées au Père Noël. Vision d’un autre monde, d’une autre vie faite de misère et de pauvreté, mais où la foi pourrait apporter le salut, ce court-métrage (loin de manquer de moyens financiers) s’avère être une réussite visuelle et humaniste.
Prix spécial du jury

- La maison aux oliviers (To spiti me tis elies), de Thouly Dosios (Grèce, Etats-Unis)
L’histoire de ce couple un peu loufoque qui se baigne tout habillé et court tout nu n’est pas sans intérêt, mais pose ses pieds dans des traces déjà faites auparavant…

- Lapin (Rabbit), de Run Wrake (Royaume-Uni, Angleterre)
Pour ce film d’animation, Run Wrake a récupéré les images de livres de lecture des années 50, d’où l’inscription du mot « Rabbit » sous le lapin qui gambade. Cet univers d’apprentissage quelque peu enfantin est vite sapé par l’aventure amorale que vivent deux jeunes gens qui utilisent un génie pour devenir riches. La punition est à la hauteur de l’inventivité et de la qualité de la mise en espace : grandiose.- Tanghi Argentini, de Guido Thys (Belgique)
Jolie surprise qu’est ce court-métrage léger et cocasse. Un employé de bureau demande à un collègue de lui apprendre le tango pour impressionner une belle femme croisée sur Internet. Le prétexte de la danse donne droit à de jolies séquences, très rondes, très fluides, tandis que le propos du film prend une toute autre dimension lors de la chute fabuleuse… Néanmoins, je déplorerai que le film ne prenne une véritable envergure que par la scène finale.
Prix du Public
Prix des Médiathèques (CVS)
Prix du rire Fernand Reynaud

- Terreur au 3918, de Mathieu Fontaine (Canada, Québec)
Grande rigolade pour ce court-métrage canadien (et québécois), où des humoristes ont réalisé un petit chef-d’œuvre en la matière. « Terreur au 3918 » est non seulement un film drôle, mais aussi une parodie complète du genre : pour raconter un voyage galactique, Mathieu Fontaine place son équipage dans une simple maison. Ainsi, la cuisine fait office de salle des machines, où l’on déverse du lait dans l’évier en guise de carburant… Tous les objets usuels et factuels sont détournés, remaniés (souvent grâce au son) et donnent ainsi lieu à une véritable aventure dans l’ordinaire. Comme quoi, il est possible de faire un très bon film de science-fiction sans moyen colossal…

Informations

Lucie Gaillard Envoyer un message au rédacteur