affiche film

©UGC

LES DALTON


un film de Philippe Haïm

avec : Eric et Ramzy, Marthe Villalonga, Romain Berger, Saïd Serrari, Til Schweiger, Jean Benguigui, Kad Merad, Elie Seimoun, Michel Muller, François Hadji-Lazaro...

Bandits plus bêtes que méchants, les Dalton décident de braquer une des plus importantes banques du Far West afin que leur mère (l’impayable Ma’) puisse enfin être fière de ses rejetons. Une arrestation et une évasion plus tard, ils se mettent en route pour le Mexique, en quête d’un mystérieux chapeau magique qui pourrait leur donner des pouvoirs extraordinaires...


1
Photo film

Une adaptation de la BD Lucky Luke plutôt décevante


Eric et Ramzy sont drôles, dire le contraire serait mentir. Mais force est de constater que leur très bon sens comique est une fois de plus mal employé. L’idée d’adapter Lucky Luke n’était pourtant pas mauvaise ; les différents personnages de Goscinny sont suffisamment hauts en couleur pour être cinégéniques, et l’esthétique générale de la B.D aurait pu donner lieu à un petit chef d’œuvre de mise en scène. Hélas, tant au niveau de la réalisation que du scénario, ce film déçoit.

A vouloir ratisser trop large (enfants, ados, inconditionnels de la B.D, fans de l’humour labellisé Canal…), Les Dalton finit par agacer tout le monde. Les gags qui s’enchaînent les uns après les autres, font au mieux sourire, au pire finissent de nous navrer complètement (cf. : le « chapeau magique »…). Certes le personnage de Joe ne fait pas dans la subtilité, mais ce qui est acceptable et même bon en B.D ne l’est pas forcément à l’écran. Malgré la bonne volonté évidente d’Eric Judor, son personnage d’hystérique allumé ne sort jamais des sentiers qui avaient déjà été balisés par des acteurs comme Louis de Funès, à qui il est difficile, encore aujourd’hui, de faire de l’ombre. A ce titre, Ramzy s’en tire mieux en Averel ; il faut dire que son rôle est tellement limité qu’il a peu d’occasion de nous gonfler réellement : un mot absurde ça et là, quelques mimiques, mais encore une fois, rien qui ne parvienne à nous étonner vraiment.

Certains y trouveront peut-être leur compte avec un Lucky Lucke inexistant ou un univers visuel proche de la bande dessinée. Ils se laisseront séduire par des décors et costumes assez réussis, ou riront malgré tout à ces blagues faciles…D’autres seront déçus

Donnez votre avis (0)

Partager cet article sur Facebook Twitter